la comptabilité algérienne

le forum des comptables algériens


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

NOUVEAUTE FISCALES EN ALGERIE 2009 (loi de finance 2009)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin


Admin
Au plan fiscal, les trois entités sont appréhendées comme des sujets fiscaux relevant, pour leur imposition, du droit commun. S’agissant des bénéfices distribués, seuls ceux distribués par les filiales, sous forme de dividendes à leur société mère, donnent lieu à l’imposition par application d’une retenue à la source de 15% libératoire de l’impôt. Par contre, les bénéfices transférés par la succursale aux autres installations professionnelles au siège de la société étrangère situé hors d’Algérie échappent à toute imposition. Le projet de loi de finances prévoit la création au sein de la direction générale des impôts, d’un service des investigations fiscales chargé, au niveau national, de mener des enquêtes en vue d’identifier les sources d’évasion et de fraude fiscales. Les concepteurs du projet de loi expliquent que la mondialisation des échanges et l’ouverture du marché algérien se sont caractérisées, ces dernières années, par un flux commercial de l’étranger vers l’Algérie et la réalisation d’investissements étrangers dans le pays.

la loi de finances institue une imposition spécifique des plus-values de cession d’actions ou de parts sociales réalisées par des non-résidents. Celles-ci donneront lieu à une imposition au titre de l’IRG ou de l’IBS, selon le cas, au taux de 20%, libératoire de l’impôt et doivent faire l’objet de l’obligation de libérer, entre les mains du notaire, du cinquième (1/5) du montant de la cession. Parmi les autres dispositions, on note, en outre, la non-prise en charge des montants de la TVA déductible sur les factures acquittées en espèces, lorsque leur montant excède 100 000 DA et la limitation du bénéfice des réfactions en matière de TAP aux seules factures réglées par des moyens de paiement, autre que l’espèce.

Dans le cadre de l’encouragement de l’investissement, le projet de texte propose la prorogation des périodes des exonérations en matière d’IRG et d’IBS au profit des opérations de Bourse. La mesure propose sa prorogation pour une durée de 5 années alors que la période initiale d’exonération devait expirer en décembre 2008. Le projet indique également une extension au profit des promoteurs éligibles à l’aide du Fonds national de soutien au microcrédit, de l’exonération pour 5 ans de l’IRG, déjà accordée aux investisseurs bénéficiant des dispositifs Cnac et Ansej. Il est prévu aussi une couverture des risques de financement des crédits d’investissement à la PME.


Voir le profil de l'utilisateur http://comptadz.ace.st

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum